Report de l’ouverture des stations en Andorre

Report de l’ouverture des stations en Andorre. C’est une décision solidaire lourde de conséquences. Mais l’or blanc de l’Andorre ne sera pas accessible par solidarité avec les stations des Pyrénées. La décision de reporter l’ouverture de sa saison de ski à janvier 2021 n’est pas sans impact pour la Principauté pyrénéenne. Malgré des conséquences économiques et sociales lourdes, le gouvernement andorran a acté cette décision par solidarité avec les pays européens voisins et plus particulièrement la France, avec lequel il entretient une relation historique privilégiée.

Une décision dure mais nécessaire

«Notre ligne de conduite a été de rester loyal par rapport aux pays européens avec une volonté de préserver le bon voisinage », annonce David Ledesma, Directeur Communication de Grandvalira Resort. En accord avec les gouvernements français et espagnols, l’Andorre a donc choisi de ne pas ouvrir ses pistes pour décembre, période clé pour la saison de ski. Pour Grandvalira et Ordino Arcalis, ce sont 240 kilomètres de pistes qui resteront ainsi fermées à Noël. Une décision que le chef du gouvernement andorran, Xavier Espot, qualifie de «dure, mais nécessaire, compte-tenu de la crise sanitaire actuelle». Un choix unanime et solidaire, notamment avec la France : «Nous avons décidé de nous aligner avec la France, pays avec lequel nous travaillons historiquement, qui a participé au développement de l’Andorre et avec qui nous entretenons d’excellentes relations bilatérales», explique Xavier Espot.

Un impact économique et social conséquent

Représentant 20 %du PIB de la Principauté, l’économie du tourisme est essentielle pour l’Andorre. Un secteur qui attire des visiteurs de toute l’Europe et dont dépendent 40 à 43 % des salariés du pays. Ne pas ouvrir sur le mois de décembre a donc des retombées lourdes sur l’emploi et l’économie du secteur, soit in fine sur l’ensemble du pays. «Nous serons fermés sur la période la plus importante de la saison», explique Francesco Camp, Président de Ski Andorra. Par conséquent, aucune raison de prévoir un séjour ski en Andorre. Il ajoute que cela touche«de nombreux acteurs. Au-delà des remontées mécaniques, cela va impacter également les petites entreprises». Au niveau de l’emploi, cela a également des conséquences sur les contrats saisonniers, très sollicités en cette période. Le mois de décembre représente par ailleurs une perte de 30 % par rapport aux résultats de l’ensemble d’une saison, en moyenne. Un chiffre important pour un pays qui enregistre déjà 30 à 50 % de pertes sur sa saison estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *