Les 10 villes les plus écologiques au monde

Les 10 villes les plus écologiques au monde ! La conscience écologique n’est pas qu’une affaire personnelle. Mais quelles sont les villes les plus vertes du monde ?

Nos nouvelles quotidiennes ont tendance à nous dire de mauvaises nouvelles plutôt que de bonnes nouvelles. Si notre planète est effectivement en mauvais état et en danger, nous devons également être conscients des actions positives entreprises dans le monde. Qu’il s’agisse de jeunes femmes alertant la population mondiale sur l’état de la planète, d’associations s’efforçant de protéger les océans ou les animaux, de voisins produisant leurs propres produits, ou vous essayant de consommer de manière responsable, tout le monde est attentif. Chacun fait ce qu’il veut. Agir à grande échelle. Par conséquent, les villes ont décidé de devenir plus écologiques.

Certaines d’entre elles subissent depuis des années le réchauffement climatique et ses effets néfastes. A travers les différents concepts et solutions mis en œuvre, elles deviennent peu à peu les villes les plus écologiques du monde. Plus vertes, moins polluantes, moins polluantes… ces villes sont plus propres et nous montrent qu’un monde meilleur est possible.

San Francisco

Les 10 villes les plus écologiques au monde
Les 10 villes les plus écologiques au monde

Cette capitale technologique est reconnue dans le monde entier comme l’un des symboles du mode de vie américain. San Francisco a été nommée « ville la plus verte d’Amérique du Nord » en 2011, et elle s’est encore améliorée depuis. Des bâtiments entiers, comme le Moscone Center, sont recouverts de panneaux solaires. Cela a permis de réduire les émissions de CO² de la ville de 34 000 tonnes, ce qui équivaut à retirer 7 000 voitures de la circulation. En 2016, San Francisco a confirmé sa place de ville la plus écologique au monde : Elle a été la première ville à bannir les bouteilles d’eau en plastique. La préférence de la ville pour les emballages en carton recyclables ou du moins recyclables se distingue par ses initiatives responsables.

Amsterdam

Amsterdam est connue dans le monde entier pour le nombre de vélos qui parcourent ses rues chaque jour. Il semble même qu’il y ait plus de vélos que d’habitants. Le port international de la ville est très animé et il n’y a pas que des marins en pleurs que l’on voit. À l’inverse, les Pays-Bas sont l’un des pays les plus heureux pour les résidents. Cela favorise des réponses et des comportements positifs face aux décisions prises par la ville pour réussir la transition écologique. Amsterdam, par exemple, teste et développe des pistes cyclables solaires depuis 2014, alors qu’elle n’organisait pas de bateaux de croisière pour dégager les canaux. Amsterdam a été nommée « ville la plus saine du monde » en 2018, selon plusieurs critères définis par le site Spotahome, et espère réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 40% d’ici 2025 (par rapport à 1990).

Stockholm (Suède)

En plus d’être l’une des villes les plus propres, Stockholm a été la première ville européenne à recevoir le prestigieux prix European Green Capital Award en 2010. Les prix récompensent les villes qui innovent et les encouragent à prendre des initiatives. Les Suédois ont de nombreux projets qui intègrent la ville dans une démarche écologique importante. Par exemple, le projet Grow Smarter vise à convertir les eaux usées en biocarburants, dans le but d’éliminer l’utilisation des combustibles fossiles d’ici 2050. De plus, la ville espère utiliser la chaleur résiduelle des centres de données ou des magasins pour chauffer les résidents. Une manière très intelligente de réduire ses déchets !

 Vancouver Canada

Vancouver est la ville la moins émettrice de CO2 en Amérique du Nord ! Depuis 2010, son projet fait la promotion des vélos et des véhicules électriques. À cette fin, il a créé des centaines de kilomètres de pistes cyclables et construit de nombreuses bornes de recharge pour voitures. Il comprend en grande partie des aliments locaux et sains, créant un espace pour les producteurs de toute la ville. D’ici 2020, Vancouver vise à être la ville la plus verte. Actuellement, sa position reste sur la liste des villes les plus écologiques du monde. Elle est en bonne voie d’atteindre ses objectifs grâce à ses projets multiples et diversifiés dédiés à réduire au maximum les déchets ménagers.

Zurich (Suisse)

Zurich se distingue parmi les villes les plus écologiques pour ses politiques en matière de consommation d’électricité. En fait, sur la base d’une forte sensibilisation et participation du public, Zurich pourrait devenir la première « ville à 2000 watts » au monde d’ici 2050. Cela signifie que ses habitants n’ont besoin que de 2 000 watts pour vivre. À bien y penser, en Europe, le pic moyen est de 6 300 watts. Aussi, la capitale suisse n’est pas à l’abri des espaces verts. En 2020, la zone écologique « Green City » verra le jour. Des centrales géothermiques et des panneaux solaires alimenteront les bâtiments. Tout a été pensé pour réduire la consommation de 40%.

Copenhague (Danemark)

Les Danois prennent les questions environnementales très au sérieux, et ce depuis de nombreuses années. Connue comme la « capitale verte de l’Europe », Copenhague est un mélange parfait de tradition, de modernité et d’écologie. Les vélos sont un moyen de transport largement utilisé par les gens. De plus, la façon dont la ville a été aménagée a joué en sa faveur pendant des décennies. Les transports en commun sont également très utilisés par les citadins, de plus, tout le réseau fonctionne à l’électricité. Le taux d’émission de CO2 est l’un des plus bas d’Europe, et surtout, la ville vise la neutralité carbone d’ici 2025 !

Reykjavik (Islande)

L’Islande est une île du nord de l’Europe qui ne compte que 360 ​​000 habitants, dont près de 122 000 vivent dans la capitale, Reykjavik. La géologie et la topologie uniques de l’Islande lui permettent d’alimenter toute la ville en énergie 100 % renouvelable : géothermique et hydroélectrique. Seulement 0,1 % de l’électricité est produite à partir de combustibles fossiles. La qualité de l’air y est très bonne. Et pour cause, le réseau de transport est animé par des moteurs à hydrogène (bus et métros) depuis 1990. En 2018, les TravelBird Awards lui ont décerné le titre de « ville la plus verte du monde », notamment grâce aux 410 mètres carrés d’espaces verts par personne.

Cape Town/Le Cap (Afrique du Sud)

Le Carbon Disclosure Project (CDP) classe Le Cap parmi les 5 villes les plus vertes au monde. Le Cap est assez prudent, mais reste activement engagé pour le climat. En effet, 10 à 20 % de sa production énergétique provient de sources renouvelables. La ville a également renforcé son réseau de transports en commun. Cela a pour effet de réduire le trafic urbain, de réduire la pollution et les émissions de dioxyde de carbone. C’est un exploit pour cette ville africaine en plein essor. Cap Town nous montre qu’en fin de compte, la durabilité peut être atteinte par tous ceux qui osent le faire.

Oslo (Norvège)

Lauréate du Green Capital Award 2019, la capitale norvégienne a été récompensée pour sa démarche écologique et sociale. En effet, en 2020, Oslo espère pouvoir se priver totalement de ses énergies fossiles. Actuellement, c’est la capitale qui produit le moins de gaz à effet de serre. Oslo est également l’une des villes les plus vertes du monde en raison de la façon dont elle attire ses habitants. De plus, 85 % d’entre eux marchent, font du vélo ou prennent les transports en commun. Tout comme à Reykjavik, elles sont super propres car elles sont alimentées en « hydro ».

Wellington (Nouvelle-Zélande)

Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande, est également connue sous le nom de « Capitale du vent » en raison de sa situation sur Terre : dans les « Roaring Forties ». Le terme signifie que Wellington connaît des vents constants et forts tout au long de l’année. En conséquence, en 2009, un projet de parc éolien à grande échelle West Wind est né près de la ville. Aujourd’hui, c’est devenu un lieu pittoresque pour la marche et de beaux paysages. En termes de consommation d’électricité, la ville souhaite que 90 % de son électricité provienne de sources renouvelables. Le niveau de pollution est excellent à tous points de vue : air pur, eau propre, sols propres… Depuis 2000, malgré une augmentation de 21 % de la population, la ville a réussi à réduire les émissions de CO2 de 2 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.